How I met ... A backpacker (en France !) ou la magie du voyage

Once upon a time, Clément, un jeune homme dynamique, plein d'idées, m'invite dans la participation active de ce blog, parce qu'on avait vécu la même vie de backpackers.

Pour le remercier, je raconte notre rencontre qui a été le pur fruit du destin.

Gare de Rennes. Samedi du week-end du 15 août 2015.
Aux alentours de 13h30 ...

Un gars. Un Nón Lá (chapeau conique du Vietnam). Un backpack (Sac à dos, ici à vue d'oeil 40 litres minimum). Manifestement très repérable :)

Dans d'autres termes, c'est comme ça que l'on reconnait un membre de la grande communauté de travellers (et non de touristes !) lorsqu'on possède les signes distinctifs.

Ce fut donc le cas de Clément.
Je ne l'abordais pas immédiatement, la priorité à l'achat du billet de train m'emmenant vers l'aventure !

Les plus sceptiques doivent se demander "Hein, en France ?" Et oui, notre beau pays regorge de paysages aussi somptueux que diversifiés. En plus, pour ceux dont la raison principale est le manque de moyens financiers (pour aller à l'autre bout du monde), commencer par d'autres régions est un bon début.

Comme dirait Gandhi : "Le plus grand voyageur n'est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même".

Et puis pas besoin d'aller si loin pour ... VIVRE !
Mais ceci est une autre histoire.

Mon billet pour Vannes en poche (Je précise, ma destination est complètement improvisée et décidée le matin-même), je vais à la rencontre de mon mystérieux inconnu. De prime abord, il m'avait rappelé mon dernier road trip (Mais ceci est une autre histoire -bis), j'espérais donc encore plus qu'il ne soit pas parti.

Jackpot ! Toujours au même endroit.
Je lance un :
" Salut, excuse-moi, tu reviendras pas du Vietnam ?

  • Si, aujourd'hui même. Toi aussi ?"
    Je signale que je suis d'origine asiatique, du coup ça nous a fait rire, car on ne pouvait pas plus tomber dans le cliché.

Et ainsi commença notre (très longue) conversation, les souvenirs communs finalement car on avait fait le même périple Thaïlande, Cambodge, Vietnam, Laos, au point d'avoir le même débardeur d'un bar populaire de Vang Vieng (Laos).

On poursuit dans le train puisque le hasard, encore une fois, nous mène dans la ville de Vannes, lui pour rentrer, moi pour prendre le bateau.

Après avoir fait une petite blague de circonstances : la mère et la soeur de Clément venues le récupérer, on leur fait croire qu'il n'a pas ramené que le chapeau de local mais bien une fille de là-bas, notre rencontre aurait pu s'arrêter là.

Je me rends à la gare routière pour scruter les horaires de bus m'amenant au port. Une bonne heure avant le prochain. Je décide donc de trouver un distributeur de billets, car me rendant sur une île qui m'était totalement inconnue, je ne voulais pas me trouver en galère.

En chemin, je vois un mec traverser le passage piétons en courant et venant à ma rencontre.
CLEMENT !!! Il avait convaincu sa mère de me déposer au port. À cet instant, je revivais la magie du voyage.

Pour ceux qui ont déjà voyagé de cette manière, vous savez combien est précieuse, cette petite surprise de la vie. Quand on est à 10000 bornes de chez soi, avec comme seul omniprésent compagnon, son sac à dos, le réconfort que peut vous apporter un inconnu par sa gentillesse et sa bienveillance, est tout juste INCOMMENSURABLE.

Pour ceux qui ne sont pas encore partis, n'ayez crainte, en toute circonstances, quelqu'un, quelque chose vous donnera le sourire même dans les coups durs et à ce moment précis, vous vivrez une plénitude qui vous rendra reconnaissant à la vie.

Nous jouions donc les prolongations dans la voiture, comme si nous voulions garder des pépites d'or de nos voyages respectifs. Et cette fois, nous avons pensé à échanger nos coordonnées.

Nous nous sommes écrit tous les jours, et nous nous sommes revus lorsque je suis revenue sur (la) Terre, et avant qu'il ne s'envole pour le Canada. Nous avions mis notre super débardeurs pour nous retrouvailles.

Nous étions deux parfaits inconnus et en quelques heures, semaines, mois de discussions, nous avons appris à nous connaître, à partager notre histoire.
Nous nous sommes découverts plein de points communs, souvent une même conception de vie, parce que bien évidemment le voyage, ça ouvre l'esprit.

A ce jour, nous sommes toujours en contact, régulièrement via les réseaux sociaux. Nous envisageons de voyager ensemble, pourquoi pas dans son pays d'accueil où il étudie actuellement ? :)

En tout cas, cette rencontre a fortement marqué mon année, elle illustre parfaitement l'âme du voyage : ces rencontres inopinées, simples et belles, celles qui font ressortir le meilleur de l'humanité et qui donnent l'envie de repartir de nouveau !

Dédicace à Clément, et aussi à tous les backpackers !
Live life to the fullest, LOVE.