Le petit guide du voyage à vélo

Essayer de préparer son prochain voyage à vélo n'est pas toujours simple, surtout si c'est une première ! Voyons quelles sont les choses à ne pas négliger, pour vous assurer un départ serein.

Après un premier périple à vélo en 2016, l'envie est toujours présente, et c'est à l'occasion de l'été 2021 que je repars, pour un itinéraire quelque peu différent: des Pays-Bas jusqu'aux Alpes.

J'ai commencé à planifier mon itinéraire, à rassembler mon matériel, et je me dis que c'est un excellent prétexte pour un article de blog.

Alors c'est parti, découvrons comment se préparer au mieux pour un voyage à vélo.

Matériel

Commençons par ce qui est peut-être le plus évident, voyager à vélo nécessite un petit peu de matériel, faisons le tour de ce qui est indispensable.

Vélo

Celle-là, vous vous y attendiez probablement, il vous faut un vélo !

Mais quel vélo?

Le mieux, pour pouvoir répondre à cette question, c'est d'en savoir un petit plus à propos de votre itinéraire. En fonction du terrain, de la saison, du confort et des préférences personnelles, alors le type de vélo sera différent.

Le plus simple

Premièrement, un vélo type VTC pourra être un bon début. C'est un vélo que vous avez peut-être déjà chez vous, qui peut facilement s'acheter le cas échéant, et qui sera fidèle sur route et sur chemin.

Si c'est une initiation, d'une durée relativement courte (moins de deux semaines), et que le terrain n'est pas trop accidenté, alors, cela fera sûrement l'affaire.

Un vélo de cyclotoursime

Si les vélos de course actuels ne sont probablement pas bien adaptés aux randonnées au long cours (car trop fragiles avec un cadre tout carbone par exemple, pas de fixations adaptés, etc...), leur cousins vélos de cyclotourisme ou même vélos de type "gravel" sont de bien meilleurs candidats.

Le cyclotourisme a connu un fort essort dans les années 1930 en France, propulsé par premiers congés payés, étant un moyen extrêmement abordable pour partir en vacances.

Typiquement, c'est sur un vélo de ce type, avec un cadre et des caractéristiques "course" que je compte effectuer mon prochain périple.
J'ai opté pour un modèles Triban RC520 de chez Décathlon, et après un peu plus d'un an de balades aux Pays-Bas, ce vélo me satisfait toujours autant !

triban-rc-520-sacoches-bikepacking
Et voilà la bête, équipé de sacoches Ortlieb

Un vélo de touring

Il existe aussi, tout simplement, une catégorie de vélo adaptés au voyage au long cours. Ils sont de fabrication très robustes, et conçus pour être facilement réparables, n'importe où dans le monde. Un cadre en acier, bien que lourd, peut être un avantage lorsqu'il s'agit de faire une réparation au milieu du Népal.

Bien souvent, ces vélos seront équipés d'un porte bagages, de lampes à dynamo, de gardes boue, de suspensions, d'une selle confortable et autres accessoires utiles lors de votre voyage.

Bref, ils sont taillés pour le voyage au long cours, et si vous pouvez vous le permettre financièrement, alors c'est un choix qui ne devrait pas décevoir.

Montagne, poussière et terrains accidentés

En découdre ne vous fait pas peur, et pour vous, "bikepacking" est synonyme de vélo dans la caillasse ? Si oui, alors, il vous faudra opter pour un type VTT, ou carrément un fat bike pour vous permettre de passer n'importe où.

On est là sur une catégorie à part entière, qui se justifie par le type de terrain sur lequel vous passerez. Car oui, avoir des pneus 4 fois plus larges que ceux d'un vélo classique ne vous rendra pas plus rapide... À choisir si le terrain s'avère (très) compliqué.

randonnee-velo-vtt
Oui, là c'est du sérieux

Photo de Patrick Hendry sur Unsplash

Sacoches

À moins que vous soyez en tout confort avec l'hôtel et le pressing inclus tous les jours le long de votre parcours, il y a de fortes chances que vous soyez amené à transporter votre matériel vous même. Pour cela, il existe plusieurs solutions pour porter vos bagages.

Le sac à dos est à proscrire. Pour le mal de dos assuré, il n'y a probablement pas meilleure technique, on oublie hein.

Le classique

Pour les VTC ainsi vélos de touring, le plus naturel est probablement d'utiliser un porte bagage et d'acheter des sacoches.

Pour les sacoches, deux grandes à l'arrière vous permettront de voir venir. Si vous partez l'hiver (et que vos vêtements prennent beaucoup de place), alors considérez également avoir des sacoches à l'avant de votre vélo.

Quelques petits conseils utiles pour ce type de sacoches:

  • La plupart des modèles haut de gammes sont complètement étanches, ce qui rassure sur le fait de retrouver ses affaires sèches le soir
  • L'équilibrage est important : répartir la charge entre la gauche et la droite ne pourra que vous apporter du confort une fois sur la route
  • Pour remplir les sacoches, encore une fois pour des questions d'équilibre, mettez ce qui est le plus lourd au fond des sacoches
  • Autre petit conseil : avoir un sac à part pour les courses, et / ou objets de valeur se révèle utile lorsque l'on s'arrête pour une course, car tout enlever et porter au travers d'un magasin n'est pas spécialement une réjouissance.

Pour les marques, deux leaders semblent s'imposer dans nos contrées : Vaude et Ortlieb. Pour ma part, j'ai des sacoches Ortlieb depuis quelques années, rien à redire, elles ne m'ont pas fait défaut.

Un peu plus spécialisé

Pour les vélos de types course, ou encore VTT, il existe des types de sacs spécialisés, qui ne seront plus fixés latéralement, mais qui pourront s'acrocher au guidon, au cadre du vélo ou encore au tube de selle.

randonnee-velo-route
Voilà, un vélo route tout équipé pour un long périple

Photo par Marek Piwnicki sur Unsplash

Prenez garde à bien regarder les volumes au litre pour vous rendre compte des différences de contenance entre ces différentes solutions.

Tente

Admettons, c'est un peu spécifique à votre mode de voyage, et peu spécifique au vélo, rendez-vous à la section suivante si votre hébergement est différent.

Pour ceux qui campent, j'ai quelques critères aidant à la sélection:

  • Quelles sont les conditions météo ? Si ce n'est pas trop extrême, la plupart des tentes feront l'affaire
  • La forme de la tente (pliée). Oui, une "2 secondes" c'est pratique, mais à transporter sur un vélo, c'est une autre histoire. Préférez les tentes qui se replient pour former un petit boudin, c'est bien plus pratique à caler sur le porte bagages, entre les deux sacoches.
  • Le poids : eh oui, dans les montées, le poids additionel se fera ressentir, une tente légère fera donc le bonheur de vos jambes

Sac de couchage et matelas

Pour ceux qui dorment en tente, vous aurez également besoin d'un sac de couchage et d'un matelas.

Pour ces deux éléments, autant assurer son choix, car bien dormir vous pemettra de démarrer chaque jour de manière sereine.

Le poids peut varier du tout au tout sur les sacs  de couchage, mais la règle générale est plutôt simple: plus c'est chaud, plus c'est lourd. En fonction de la saison, il vous faudra donc peut-être recourir à différents sacs de couchage. Pour palier à cet inconvénient, vous pouvez également opter pour un sac de couchage "intermédiaire" de type protection à 10 degrés, et ajouter un drap de soie (généralement disponible dans le même rayon) qui vous permet de moduler votre couchage en fonction de la température.

Le matelas, est également est élément qui permet une bonne isolation du sol, et donc du froid, à ne pas négliger donc !


Planifier son itinéraire

Pour planifier son voyage, il existe de nombreux sites et applications qui vous permettent à la fois de déterminer votre trajet dans les grandes lignes, mais également plus en détails, au jour le jour, avec le dénivelé et pourquoi pas même le guidage GPS intégré.

J'ai par le passé utilisé le planificateur du blog "A contre sens", qui permet de se donner une bonne représentation de son voyage, sans trop aller dans le détail. C'est aussi un bon endroit pour consigner des notes à propos d'une étape, son hébergement, des photos etc... C'est également utile à partager avec ses amis lorsque l'on est en cours de route, et qu'ils souhaitent savoir où l'on en est.

Polar Steps est un autre site permettant de planifier un itinéraire, de le documenter au fil du temps et de le partager avec ses amis. Testé avec succès pour plusieurs périples, toutefois, il n'est pas spécifique aux voyages à vélo.

Komoot que j'ai découvert récemment, permet de trouver des itinéraires pour une sortie d'une journée, mais également des itinéraires plus longs, s'étalant sur plusieurs jours. La planification est facile, les cartes intégrées ont une bonne connaissance des réseaux dédiés aux vélos, il est donc facile d'avoir un itinéraire généré qui soit relativement sur mesure pour le vélo. En ayant l'application mobile, vous pourrez même bénéficier du guidage GPS lors de votre trajet. A priori, la planification d'itinéraires sur plusieurs jours nécessite d'avoir un compte premium. On peut aussi acheter des packs de cartes pour y avoir accès hors ligne. Selon votre usage, cela peut vraiment valoir le coup.

Pour m'aider à trouver quels sont les grands itinéraires qui passent en France, j'ai plusieurs fois consulté le site de France Vélo Tourisme qui est une association ayant pour but de promouvoir le tourisme à vélo.

Si vous voulez franchir les frontières françaises, le site d'Eurovelo est une bonne ressource pour trouver quels sont les parcours majeurs.

Ou dormir ?

En dehors des options traditionnelles (hôtels, campings, airbnb etc..), le bivouac peut se révéler une excellente option.

S'il est parfois difficile au début de savoir dénicher les endroits sympas, car ils ne sont souvent pas visible depuis une route, avec la pratique, on s'améliore et on peut alors passer des nuits vraiment sympas, perdu au milieu de la nature.

En dehors du bivouac, il existe aussi des options légèrement moins conventionnelles, tel que Home Camper qui vous permet d'aller camper chez des particuliers, dans leur jardin.

Warm showers est également très connu, en particulier à l'international, comme étant un réseau de référence pour aller dormir chez l'habitant, chez d'autres passionnés de vélo qui se feront un plaisir de vous héberger.


Sur la route

Une fois sur la route, c'est le bonheur, l'heure de profiter, et de remercier une préparation adéquate (pas mentionné jusqu'ici, mais, s'entraîner physiquement peut également être une bonne suggestion ;-)).

Toutefois, j'ai quelques petits conseils qui peuvent être utiles, surtout au début.

Trouver à boire

La facilité de l'accès à une source d'eau potable dépend grandement du pays. En France (et j'imagine dans la plupart des pays d'Europe), c'est plutôt facile d'accès. Ceci dit, de bons endroits ou l'on peut trouver des robinets d'eau auquels on ne penserait pas forcément :

  • Les stades de foot (complexes sportifs en général)
  • Les jardins publics
  • Aux entrées des cimetières

Les réparations

C'est un sujet vaste, qui mériterait probablement un blog entier, et je ne suis pas un mécano hors pair, mais je vous conseillerai de posséder un peu de matériel essentiel avant de prendre la route.

Encore une fois, tout dépend de votre itinéraire. Si vous restez à proximité de la "civilisation" alors l'essentiel pourra se réduire à posséder :

  • Un multi outil pour (dé)visser la plupart des composants de votre bécane
  • Des chambres à air, rustines, démontes pneu
  • Des maillons de chaine
  • Du dégripant (type WD-40)

Également important, pensez à vérifier votre vélo avant de partir, il n'y a rien de plus frustrant de se rendre compte après deux étapes qu'une pièce quelconque est déjà trop usagée.

De même, si vous avez un nouveau vélo, il peut être utile de s'habituer à faire quelques opérations courantes comme changer une chambre à air... Certains vélos peuvent être un peu récalcitrants la première fois, il est donc préférable de s'entrainer chez soi plutôt qu'au bord de la route.

Douleurs

Rouler tous les jours pendant une période de temps conséquente peut poser certains challenges à notre corps. À priori, s'entrainer, en particulier sur des distances plus longues, et sur un terrain proche (si possible) de l'endroit où l'on partira, est toujours un bon conseil.

Ceci dit, même un bon entrainement ne parviendra peut-être pas à tout prévenir. Voyons quelques problèmes communs et conseils pour ne pas se trouver dans une facheuse posture (bien que, je ne sois absolument pas médecin, je tiens à préciser...).

Douleur au genou

Problème courant pour les coureurs à pied, les douleurs au genou peuvent également survenir à vélo, en particulier lorsque l'on parcourt de longues distances de manière répétée.

Pour éviter que cela ne vous arrive, quelques petites astuces:

  • Assurez-vous d'avoir une bonne posture sur votre vélo, en particulier, que votre selle soit suffisamment haute pour que vos jambes ne soient pas trop pliées même lors de l'extension
  • Ne poussez pas trop fort... Si lorsque l'on roule 20km de temps en temps ce n'est pas un problème de forcer un peu, lorsque l'on s'embarque dans de plus grandes distances, un bon conseil est de se caler sur une vitesse plus "facile", quitte à avoir l'impression de pédaler dans la semoule au début. Vos articulations vous en remercieront.
  • Échauffez-vous. Le matin, avant de partir, il est possible de faire quelques étirements et exercices pour réveiller vos articulations

Problème de selle

Ou plus communément, la fameuse douleur au postérieur, après avoir passé trop de temps sur une selle de vélo.

Vous pouvez évidemment penser à investir dans une selle différente, cela pourra améliorer la situation.

Ceci dit, je vous conseillerai en premier lieu d'acheter un cuissard de vélo de bonne facture. Pour en avoir testé plusieurs, de gammes différentes, je peux attester qu'il existe vraiment une différence de confort entre les gammes. C'est donc par la que je commencerai mes investissements pour soulager mon séant.


J'espère que ce petit guide vous aura permis de répondre à certaines de vos interrogations. Si vous êtes encore hésitants quant à vous lancer, je n'ai qu'un seul conseil, essayez ! Même sur une petite distance, une petite durée, vous découvrirez les joies du voyages à vélo, le plaisir d'avoir le temps de regarder, d'explorer une région avec un autre point de vue.

Et puis, à ne pas oublier en cas de galère : ça fera une bonne histoire à raconter...

Bonne route !

Clement Ferey

Clement Ferey