/ Asie

Chiang Rai : entre rizières, cascades et montgolfières.

S'il y a bien quelque chose que j'aime lorsqu'on voyage quasiment au jour le jour, c'est le fait de se sentir libre. Libre de rester quelques jours de plus à un endroit, libre de partir autre part...

Et pour se sentir libre, rien de tel que de louer un scooter / moto et de partir explorer les environs. C'était le plan pour cette journée du 16 Février.

Je loue un scooter basique, 125cc, à deux pas de la guesthouse où je loge. J'ai une vague idée de ce que je veux faire. Je crois avoir repéré une plantation de thé dans un village, et quelques cascades autour, c'est un début de plan. Je prends mes marques sur le scooter : surtout, ne pas oublier de rouler à gauche. Je débarque à un rond point bien chargé, ok, ça fonctionne comment les ronds points à gauche ?

Route Thaïlande Chiang rai

Je réussi à m'échapper des tumultes de la ville et me dirige vers l'ouest. La route est plate pour le moment, mais c'est déjà agréable d'être tout seul ou presque. Au bout d'une dizaine de kilomètres, la route s'élève et devient beaucoup plus agréable au niveau visuel. Je longe une rivière, et arrive dans un village où visiblement, on peut faire des ballades en éléphant, j'observe au loin un cortège de cinq éléphants qui part dans les collines environnantes.

Elephants sur la route, à Chiang rai

Je bifurque donc en direction d'une chute d'eau qui est indiquée à une dizaine de kilomètres, je n'avais pas forcément prévu ça, mais au vu de la carte, la route a l'air bien sinueuse, ça s'annonce cool. Elle se rétrécit donc fortement, et monte sévèrement, m'amenant à des endroits magnifiques.

Route scénique Chiang rai

Je suis seul sur cette étroite bande de béton, pour mon plus grand plaisir ! Je plonge vers un petit village, les chutes d'eau ne sont plus très loin.

Villages et plantations en terrasses, en Thaïlande

J'arrive au bas des chutes d'eau, gare mon scooter et part dans la jungle.

Forêt de bambous

Pont en bambou

Après environ 400 mètres se trouve la première chute d'eau. C'est celle que l'on voit sur la photo. En continuant un peu, on arrive sur une deuxième chute d'eau, plus impressionnante, mais le rendu photo n'était pas terrible.

Cascade Chiang rai

Je reviens sur mes pas et repars en scooter, la route se détériore parfois, voir se transforme en piste, rendant la ballade un peu plus pittoresque.

Montagnes à Chiang rai

Je me rends à une deuxième cascade, celle de Huay Mae Sai. Les routes pour y arriver sont tout aussi jolies. Je passe au milieu de rizières qui me font penser à des marais salants, la route est un peu surélevée, et partout autour ce sont des étendues de rizières, verdoyantes qui me laissent rêveur. Je coupe le moteur pour écouter le silence, je suis seul. Il y a quelques paysans thaïlandais au loin dans les rizières, qui travaillent.

Route déserte en Thaïlande

J'arrive à cette seconde cascade qui semble presque plus touristique. Il y a un groupe de Français qui sont là haut, apparemment l'eau est plutôt fraîche, entre 15 et 20 degrés. Je me pose quelques instants avant de repartir. Là aussi, il y a deux cascades à voir, la deuxième étant également un peu plus haute que la première.

Cascade de Huay Mae Sai

Je repars maintenant vers ce qui sera ma dernière étape de la journée.

Perdu sur une piste, à Chiang rai

Je vais au Singha park, qui est à la fois un parc, une plantation de thé et qui accueille aussi le festival international de montgolfières de Chiang Rai. Je ne suis pas un grand habitué de ce genre d'engin, et j'ai donc débarqué au milieu de cette foule en ébullition tel un parfait touriste. Il y en a de toutes les formes et toutes les couleurs, qui volent autour d'un étang.

Decollage montgolfière

Festival international de montgolfières Chiang rai 2017

Je reste là pendant une bonne heure, à admirer la vue. Le parc en lui même est magnifique et vaut probablement le détour même sans ce festival. La lumière du coucher de soleil en particulier est assez magique !

Retour à la ville en début de soirée, demain direction Chiang Mai.